Retour à la liste

Sierranevada

Sierranevada

La Chapelle Scènes Contemporaines est très heureuse de renouer encore une fois avec le danseur Manuel Roque, qui nous présente sa plus récente création Sierranevada le 14, 16 et 17 octobre prochain. Initialement prévue pour être présentée au Festival TransAmérique en mai 2020, c’est finalement à La Chapelle que se tiendra la première de cette performance très attendue. Reconnu pour la force et la puissance de ses interprétations, Roque est un incontournable de la danse contemporaine à Montréal. Avec Sierranevada, il signe sa cinquième création. Ce nouveau solo est un acte de résistance contre ce que Naomi Klein nomme « la colonisation de nos imaginaires par le néolibéralisme ». Son but est de dé- ou reconstruire un monde qui répondrait davantage à nos aspirations à la fois intimes et universelles. À noter, la représentation du vendredi 16 octobre sera suivie d’une discussion avec l’artiste.

Sierranevada

Inspiré par les théories d’une nouvelle science de l’effondrement nommée « collapsologie », Sierranevada se déploie dans un exercice kinesthésique minimaliste. L’exigence de la partition chorégraphique propose un voyage entre contrôle et lâcher-prise aux multiples mutations qui construisent et déconstruisent les possibles d’un monde en devenir.

Manuel Roque

C’est auprès de chorégraphes québécois importants tels Marie Chouinard, Sylvain Émard et Daniel Léveillé, qu’on a d’abord remarqué Manuel Roque en tant qu’interprète, mais c’est véritablement avec son premier solo, Raw-me (2010) présenté à festival Vue sur la relève et au OFFTA, qu’il va se démarquer. Par la suite, les créations s’enchaînent, le duo Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde en 2012, le projet In Situ en 2014 puis, la même année, va le propulser à l’international. Puisant son inspiration dans la mutation de la matière, la performance est présentée à l’Usine C, puis au Festival TransAmériques (FTA) (2015) et dans plusieurs autres villes en Europe et au Canada. Ce succès lui permet de participer à Migrant Bodies, un projet porté par plusieurs partenaires canadiens et européens, où il crée Matière Noire (2015). D’autres créations s’enchaînent : Aurora (2015) pour les finissants de l’École de danse contemporaine de Montréal, 4-OR (2015) présentée à Tangente, puis bang bang, un solo diffusé en tournée internationale pour lequel il reçoit le prix de la meilleure chorégraphie, remis par le Conseil des arts et des lettres du Québec, et du prix de la danse de Montréal dans la catégorie Interprète pour sa performance inoubliable.

Production Cie Manuel Roque Co-production Festival TransAmériques, Les Brigittines, La Rotonde, L'Agora de la danse, Atelier de Paris CDCN Avec le soutien de La Briquetterie, La Rotonde, Circuit-Est Centre Chorégraphique, Conseil des Arts et des Lettres du Québec, Conseil des Arts du Canada, Conseil des Arts de Montréal

Création et Interprétation Manuel Roque | Co-création Marilène Bastien, Sophie Corriveau, Lucie Vigneault | Trame sonore Manuel Roque | Direction technique / Production Judith Allen

Retour à la liste