Retour à la liste

LES SERPENTS

LES SERPENTS

Un texte de Marie NDiaye

Avec Rachel Graton, Isabelle Miquelon et Catherine Paquin-Béchard

Dans une mise en scène de Luce Pelletier

« On ne revient jamais, quand on vient de gagner, sur le lieu où s’est livré la bataille, car sait-on ce qui nous attend, tapi dans l’ombre. » - France

Madame Diss n'a pas fait la route à travers les longs champs de maïs jusqu'à la maison de son fils par sens de la famille, mais plutôt pour tenter de lui emprunter de l'argent. Mais celui-ci n'a aucune intention de sortir de la maison ni de permettre à sa mère d'y pénétrer. Madame Diss a deux belles-filles, Nancy (l’ex) et France (l’actuelle). Seule cette dernière a le droit d'entrer et de sortir de la maison. À l’intérieur, le fils de madame Diss, ogre qu’on dirait sorti d’un conte de fées, veille sur ses enfants, prêt à les dévorer au moindre signe de faiblesse.

Une menace plane toujours dans l’œuvre de Marie NDiaye. Théâtre de la cruauté ou polar inquiétant dans lequel se mêlent barbarie et civilité, LES SERPENTS (2014) est tout cela tandis que l’humour et l’humanité surgissent sous les mots ciselés de l’autrice afin de sonder le prisme de l’identité féminine. Elle construit un univers décalé, entre réalisme et onirisme, où le débordement du verbe mène au combat, au règlement de compte familial.

Afin d’amorcer le Cycle des territoires féminins du Théâtre de l’Opsis, Luce Pelletier donne la parole à Marie NDiaye, récipiendaire de nombreux prix, dont le Femina en 2001 pour son roman Rosie Carpe, le Goncourt en 2009 pour son roman Trois femmes puissantes, sans oublier le Prix du Théâtre de l’Académie française en 2012 pour l’ensemble de son œuvre. Née en France, d’une mère française et d’un père sénégalais, Marie Ndiaye commence à écrire vers l'âge de 12 ans; elle n’en a que 17 lors de la publication de son premier roman. Depuis, les critiques soulignent la singularité de sa langue et la puissance de son imaginaire unique qui mêlent le quotidien au fantastique.

Assistance à la mise en scène : Claire L’Heureux

Scénographie : Francis Farley Lemieux

Costumes : Caroline Poirier

Musique : Catherine Gadouas

Éclairages : Marie-Aube St-Amant Duplessis

Une production du Théâtre de l’Opsis, avec la collaboration d’ESPACE GO

Depuis 1984, le Théâtre de l’Opsis porte un regard neuf sur les textes classiques et fait découvrir aux spectateurs québécois des textes d’auteurs contemporains étrangers qui portent une véritable réflexion sur la vie et sur l’art. Afin d’approfondir sa recherche dramaturgique, la directrice Luce Pelletier a mis en place des cycles artistiques d’une durée de quatre ans, dont les cycles Tchékhov, Oreste, états-uniens, italien et scandinave.

LES SERPENTS

du 12 novembre au 7 décembre 2019

Mardi, mercredi à 19 h | Jeudi, vendredi à 20 h | Samedi à 16 h

Informations : http://theatreopsis.org / info@theatreopsis.org

Billetterie : 514 845-4890 / billetterie.espacego.com

Retour à la liste