Retour à la liste

Valparaíso

Valparaíso

Au départ de ce projet, Dominick Parenteau-Lebeuf n’a qu’une image en tête : une femme qui sort d’une trappe dans un plancher. Elle reconnait cette trappe - la maison de son enfance à St-Blaise sur le Richelieu en avait une pour descendre à la cave -, mais qui est cette femme et pourquoi sort-elle du sous-sol ? Elle découvre que cette femme en cache d’autres. L’idée d’une lignée de femmes s’étendant depuis la Nouvelle-France jusqu’au Chili a germé dans sa tête. Elle écrit une généalogie, un parcours fabuleux.

Valentina, jeune Chilienne à la silhouette d’ange et à l’étonnant désordre psychique, débarque à Montréal avec sa mère, PDG de Sorprendente. Virginia est venue présenter sa célèbre mayonnaise dans une foire agroalimentaire et, suivant un rêve, a emmené avec elle sa «fille perdue». Alors que Virginia est toute à son négoce, Valentina erre dans Montréal où, de rencontres réelles en rencontres hallucinées, le brouillard sur son identité ambigüe va se lever. Entretemps, dans les archives des Sœurs de la Providence, un coffre oublié refait surface et dévoile une fresque de tissus racontant l’histoire intime et politique qui lie Valentina, sa mère et leurs aïeules à cette terre d’Amérique. Dans un aller-retour entre les 19e et 21e siècles, entre le Québec et le Chili, Valparaíso interroge la construction du soi à travers l’exil, la langue maternelle, la poésie, l’éros, l’Histoire, la génétique et, plus que tout, les replis de la mémoire.

Les actrices et l’acteur de Valparaíso, Ximena Ferrer, Camila Forteza, Lesly Velasquez, Julie Vincent et Guillaume Champoux relèvent ici un défi de taille traversant comme leurs héroïnes le Cap Horn, parcourant trois siècles et jouant plusieurs rôles. La langue voyagera entre le français et l’espagnol et le surtitrage sera intégré à l’image scénique. De plus, La production accueillera six citoyens, locataires des Habitations Fullum où se trouve la chapelle. Ces citoyens seront formés au jeu par Julie Vincent ; ils constitueront le chœur de figurants. La composition musicale de Michel Smith soutient enfin toute la structure poétique du récit.

Inspirées des pratiques actuelles latino-américaines, les deux directrices de Singulier Pluriel, Ximena Ferrer et Julie Vincent, poursuivent un cycle In situ. Elles découvrent dans le centre sud une chapelle construite pour les sœurs de la Providence, véritable bijou patrimonial, ce lieu les attendait. Après avoir créé La Mondiola dans une maison, Singulier Pluriel, avec l’inestimable collaboration d’Espace La Traversée, transforme la chapelle en théâtre.

Conseiller dramaturgique / Stéphane Lépine

Avec Guillaume Champoux, Ximena Ferrer, Camila Forteza, Lesly Velasquez et Julie Vincent

Chœur La Traversée Louise Aubry, Annie Couteau, Camila Forteza, Pierre-Ghislain Lafortune, Gérald Lemay et Madeleine Tremblay

Scénographie et supervision de l’installation scénique de DOCENA Livia Magnani | Tapisseries Memorarte Arpilleras Urbanas |Costumes et accessoires Livia Magnani | Composition musicale Michel Smith |Conception éclairages, direction technique et photos-vidéos Rodolphe Saint-Arneault | Direction de production Catherine Le Gall | Traduction en espagnol (Chili) José del Pozo A. et Andrea Ubal R. | Surtitrage Philippe Chevalier

Retour à la liste